30.03.2017 – Le prélèvement kilométrique sur les camions rapporte en une année 648 millions €.*

 Bruxelles, le 31 mars 2017 ____Le 1er avril 2017, le prélèvement kilométrique sur les camions, instaurée dans les trois régions de Belgique, aura un an exactement. À ce stade, les camions de +3,5 tonnes auront parcouru ensemble 5,7 milliards de kilomètres sur nos voies à péage. Cela représente une recette de 648 millions pour les 3 régions.

 

Viapass, l'entité publique interrégionale qui contrôle et coordonne le prélèvement kilométrique pour le compte des régions, dresse à l'occasion de ce premier anniversaire un bilan positif. Elle publie aussi des statistiques détaillées sur le système de péage belge.  

 

Il y a précisément un an, la Belgique devenait une zone à péage pour les camions de plus de 3,5 tonnes de masse maximale autorisée. La Belgique rejoignait ainsi les autres zones à péage d'Europe comme la France, l'Allemagne, la Pologne… Mais l'intégration du système du prélèvement kilométrique dans les trois régions belges est aussi à l'origine de plusieurs premières. Il s'agit du premier système déployé sur tout un territoire national en une opération. Le déploiement a couvert 3 régions avec des compétences spécifiques en matière de mobilité, dans les trois langues nationales plus l'anglais. C'est aussi le premier système par satellite de cette envergure.

 

Grâce à une bonne préparation, le système a bien fonctionné dès le premier jour.  Les chiffres annuels montrent d'ailleurs qu'avec 485 millions de kilomètres, avril 2016 a été un des meilleurs mois de l'année malgré les vacances de Pâques. C'est au mois de mai que certains jours, la barre des 25 millions de kilomètres quotidiens a été franchie pour la première fois. D'autres mois, la moyenne a baissé à 23 ou 24 millions de kilomètres par jour ouvrable sur l'ensemble du réseau routier. Les samedis, la moyenne se situe aux environs de 5 millions de kilomètres, et les dimanches, elle est inférieure à 1 million de kilomètres.  Naturellement, on assiste aussi à un recul lors des vacances traditionnelles : Pâques, vacances d'été, nouvel an, jours fériés et congés traditionnels en Belgique et à l'étranger.

 

Les recettes des régions suivent la même évolution. En termes de moyenne générale, nous pouvons dire qu'un jour ouvrable rapporte 2,3 à 2,4 millions € aux trois régions collectivement. C'est le mois de juin  2016 qui a généré le plus haut revenu avec 58 millions €. 

Au total, cela donne  comme recettes:

 

Pour la  Flandre : 408 millions d’euros

 

Pour Bruxelles : 9 millions d’euros

 

Pour la  Wallonie :  229 millions d’euros

 

 

Les OBU 

Le nombre de kilomètres parcourus est mesuré avec précision par l'On Board Unit que tout camion de plus de 3,5 tonnes de MMA doit embarquer. Le secteur applique en général la réglementation : après quelques semaines, plus de 99% de tous les camions possédaient une On Board Unit dûment mise en service. Il en résulte un tableau intéressant des nationalités qui fréquentent nos routes. Parmi les OBU enregistrées, le top 5 des pays qui ont équipé le plus de camions pour rouler en Belgique (après nos compatriotes avec 19 %) se compose de la Pologne, des Pays-Bas, de l'Allemagne, de la France et de la Roumanie.  

En termes de péages perçus, le classement est le suivant : Belgique 46%, Pays-Bas 11%, Pologne 9%, Roumanie 6 % et Allemagne 5% 

En euros, les camions étrangers rapportent 54% des péages générés.  

 

Routes et tarifs

 

Au cours de l'année écoulée, le réseau routier comme la structure tarifaire sont restés inchangés. Chaque région a la compétence d'indexer et de modifier ses tarifs .  

C'est ainsi que la région wallonne a annoncé son intention d'ajouter à partir du 1er juillet 33 kilomètres de voies payantes, à savoir sur les N29 et N243. Du côté flamand, l'étude et l'évaluation sont encore en cours. C'est seulement ensuite que d'éventuels changements seront décidés. 

Le 1er juillet, Bruxelles et la Flandre vont indexer les tarifs du prélèvement kilométrique, comme prévu dans le décret. Tous les changements seront naturellement expliqués en détail sur le site web www.viapass.be, qui présentera désormais aussi un dashboard des données statistique clés.  

 

European Electronic Toll Service (EETS)

 

Après un an d'exploitation, il est permis de dire que le système belge de taxe kilométrique fonctionne correctement et est arrivé à maturité. « Tous les acteurs – services de contrôle régionaux, prestataires, Viapass – ont accompli leur mission. Avec les fédérations de transporteurs et les associations professionnelles concernées, nous voulons que le système soit parfaitement clair et lisible pour les usagers », déclare Johan Schoups, administrateur général de Viapass.  

Dès le début le premier avril 2016, il y avaient deux prestataires de servce : Satellic et Axxes. Leur offre de boîtiers peut encore s'enrichir à mesure que d'autres prestataires proposeront des services plus complets et plus diversifiés. « Actuellement, trois nouveaux prestataires sont en train de faire tester leurs systèmes pour obtenir l'accréditation de Viapass. Il s'agit d'Eurotoll, Total et Telepass. L'entreprise tchèque WAG Payment Solutions et T-Systems-EETS ont aussi manifesté leur intention de s'installer sur le marché belge. Cela élargira la liberté de choix de l'utilisateur, avec des systèmes de paiement répondant encore mieux aux différents besoins. »

 

* Chiffres actualisés jusqu’au 28/3

 

 

 

*

 

* *

 

Viapass 

Viapass est une association interrégionale chargée de mission de droit public. En tant qu'organisme public, elle coordonne et contrôle l'introduction et l'application de la prélèvement kilométrique en Belgique pour les camions de plus de 3,5 tonnes. Depuis le 1er avril 2016, Viapass contrôle le fonctionnement correct de l'infrastructure, supervise les transferts de fonds et de données, assure la coordination entre les prestataires de services, et se charge de la communication commune des autorités au sujet de la prélèvement kilométrique. 

 

Plus d'informations

 

edward.claessens@viapass.be, 0486 330 955